Ces aphorismes résultent de l’Information qui, une fois captée, entre en interférence avec mon état du moment et rebondit dans le cadre restreint de mon vocabulaire. J’en suggère la lecture pour bénéficier de la Transmission…

et leurs pendants :

Chaque aphorisme (aspect Yang), bénéficie d’un déploiement (aspect Yin) visant à fournir, relativement au concept abordé, un éclairage plus accessible.

Aphorismes de A à Z

L’Acceptation découle de la pleine expansion du cœur.

L’Admiration se niche dans l’espace-temps supérieur.

L’Adombrement enfante le partenariat paroxystique.

L’A.D.N., prototype du moteur quantique, adresse une sensibilité singulière aux sons et aux mantras.

L’Ambition, tractant la motivation, exulte de l’immarcescible rappel de la Source.

L’Amour rayonne l’anagogie centrifuge de l’Esprit.

L’Anxiété duplique l’exact reflet de la dimension de l’ego.

L’Apocalypse révèle la nécessité impérieuse de se lover dans le nid bordé par la compassion, la compersion, l’intégrité et la sérénité.

L’Apprentissage vise l’alignement harmonique de ses matrices subtiles avec la fractalité vibratoire de l’Unité.

L’Arrogance constitue l’apanage des inconscients.

L’Art se doit de présenter une information inspirée, accessible aux sens et par conséquent apte à élever.

L’Avatar campe notre véhicule de troisième densité.

La Bénédiction douche d’un flux informationnel émanant d’un espace-temps supérieur.

La Bienveillance protège d’un cocon, dont l’épaisseur résulte de sa propre expérience, déposé à l’endroit d’autrui.

Le Binôme Galactique éternise le lien indestructible avec sa flamme jumelle dans les densités supérieures.

La Boucle précipite en 2D le pas d’un vissage informationnel au tropisme porteur d’un champ gravitationnel.

La Causalité exploite le potentiel du libre-arbitre

Le Chemin voue toute aporie à la caducité.

Le Choix exprime la première distorsion accordée par la Source.

La Compagnie éperonne son phalanstère idéal.

La Compassion livre l’acmé de la mansuétude.

La Compersion estampille l’itinéraire d’un Serviteur.

La Conscience s’extirpe du point d’inflexion entre l’Information et l’Energie.

Le Contentement enracine l’un des accomplissements les plus aboutis.

Le Corps en tant que legs de Terre-Mère, réclame une maintenance choyée.

Le Cristal renferme une conscience encagée en 1D.

Le Cube nantit l’humanité d’une géométrie à base 12 pour sa destinée à l’échelle de notre système solaire.

Le De balise le chemin vers le Dao.

La Déférence signe le protocole d’un Gong mature.

La Devise : la Voie attelée à la Vérité pour proclamer la Vie.

La Dignité transcrit la prérogative du cœur authentique.

Le Discernement juste garantit le distinguo entre l’Information et son Support.

La Distorsion originelle se vrille en trois ancrages primordiaux : le Choix, l’Amour et l’Information.

La Divulgation hiérarchise la structure neuronale cardiaque aux dépens de son homologue cérébrale.

La Dogmatique s’érige comme l’immixtion absolue au sein de la latitude d’autrui.

L’Eau, substrat déterminant de Terre-Mère, habilite l’expérimentation de l’émotion.

L’Ego, né de la frontière cutanée qui nous propulse dans la dualité, nous meut entre assertivité et condescendance.

L’Elégance véhicule l’advertance du respect.

L’Elite, par étalonnage, témoigne de sa caducité sur le seuil d’une clarté mentale plus affûtée.

L’Energie traduit le différentiel entre deux densités temporelles.

L’Engagement promet in fine l’insondable récompense.

L’Enthousiasme anathématise l’acédie.

L’Equilibre prodigue un rayonnement centrifuge affranchi d’interférences.

L’Equanimité se forge  sur le maillage de la longanimité.

L’Espace-Temps tricote le fil de la conscience.

L’Espoir cimente l’épaisseur entre supplique et prière.

L’Esthétique collige l’engramme originel.

L’Etiquette s’impose comme le cadre légitime offert par le De à un cœur authentique.

L’Etoile, par sa radiation, compose une mélodieuse cantate perceptible par la toile intérieure de notre avatar.

L’Etre Humain endosse la mission de s’extirper des densités inférieures.

L’Exigence corroie la persévérance.

La Fatuité scelle l’identité des Ignorants.

La Focalisation suprême conduit au recueillement.

La Foi incarne l’exsudat du cœur.

La Fractale fréquentielle modélise la trame de l’Univers.

La Fulguration enlumine l’implosion fractale décodée par le mental.

La Générosité avalise le partage lucide.

Le Gong agrège la précellence.

La Grandeur manifeste l’aptitude à l’inclination.

La Gratitude exprime le don du souvenir.

La Gravité exulte de l’implosion de la charge électrique.

L’Hexagone possède bien six angles et non pas ‘4 coins’ !

Le Hua Gong délivre sur l’interface entre Information et Energie, les clefs d’une séquence de portails menant au Soi.

L’Humilité s’expanse par effacement.

L’Imagination surgit de la Terre alors que la Créativité émane du Ciel.

L’Immobilité objective la convergence de tous les mouvements.

L’Impulsion originelle assigne toute la noblesse de l’ingénuité au cœur.

L’Information, quelque soit sa forme de transmission (mots, pensées, sons, fréquences modulées, …) doit propulser l’intention de renforcer  le cœur.

L’Inspiration résulte de l’absence d’intérférences égotiques.

L’Intelligence convoque l’éloignement du conformisme.

L’Intention illustre la pensée élaguée des desiderata.

L’Interprétation trahit l’émanation d’un système de croyances.

L’Interrogation stipule le questionnement de notre double lumineux.

L’Intégrité immortalise la motricité de l’inatteignable.

La Joie est au cœur ce qu’est l’humour au mental : la sève vitale.

La Liberté cristallise la quintessence de l’illusion.

La Lucidité, bien que toujours une bonne nouvelle, n’apporte pas exclusivement des choses agréables.

Le Mental sous-tend la motricité opime de la motivation.

La Mémoire stigmatise la dualité du cardiaque et du cérébral.

La Motivation édifie le sanctuaire de l’aspirant.

La Naïveté thésaurise l’onction originelle en faisant l’économie du filtre mental.

La Nature miroite notre monde intérieur.

Le Naturel concrétise la congruence entre un Espace-temps et sa propre densité temporelle.

La Néguentropie accouche de la caducité de la mélancolie.

Le Novice captive le sempiternel statut qui renouvelle la promesse d’un merveilleux voyage.

L’Objectif s’indexe à l’aune de sa propre mission.

Les Organes Internes ventilent la congruence entre le nombre de leurs lobes constitutifs et leur disposition spatiale.

Le Partage vectorise la spiritualité.

La Patience égrène le temps intérieur.

La Performance digne de ce nom procède de l’extinction du concept lui-même.

La Pétulance procure l’antidote à l’indolence.

La Pompe, délivrant un tropisme positif, légitime le relai de la circulation sur le plan informationnel.

Le Pouvoir, éclairé, réverbère la charge pondérée par la compersion, la compassion et la componction.

La Présence, dans sa splendeur suprême, submerge de sa fractalité vibratoire.

La Prière véritable s’élève au-delà de toute forme de supplique.

La Protection certifie la pérennité des verrous fréquentiels.

Le Raffinement revisite sempiternellement son propre horizon.

La Raison se love dans l’encagement dodécaédrique.

Le ratio Phi extravase l’ivresse de la fractale paroxystique.

La Recevabilité et la pérennité façonnent le même topique informationnel.

Le Respect consacre l’infrangible vertu.

La Respiration indice le degré d’imprégnation du corps physique par l’émanation vibratoire de la conique coronale.

La Richesse vraie se pare exclusivement de trésors non-substantiels.

La Sagesse, par sa croissance, tire les verrous des brins d’A.D.N. quantiques.

Le Sang, sacré, constitue la substance de la vie.

La Santé corrobore la synchronicité avec l’impulsion originelle.

La Saturation solde le passage d’un flux énergétique hors calibre.

Les Sens assoient leur essence en interne.

La Sérénité reflète une facette de l’adombrement.

Le Silence recèle tous les sons incréés.

Le Son profère toutes les potentialités.

La Spiritualité recrute en un serti coruscant la synchronicité des trois distorsions primordiales.

Le Succès dévoile l’ampleur du Soutien.

La Supplique demeure toujours entachée d’un relent égoïste.

Le Surnaturel configure le delta entre l’écoulement temporel imposé par son état vibratoire et celui du phénomène capté.

La Télépathie imprime le vecteur de notre nature originelle, édifiée sur les axes cardinaux de la vérité et du respect.

Le Temps déploie le lieu pour expérimenter notre histoire.

Le Tétraèdre relaye la promotion triangulaire en 3D.

La Transmission gratifie de la connaissance du futur du futur.

Le Triangle étaye le pavage substantiel de base.

Le Trois galvanise la manifestation.

Le Verrou s’ensuit de l’encodage subtil sous l’égide de nos frères intergalactiques.

La Vertu ultime s’ignore elle-même.

La vérité consacre l’unique vocable à propos duquel seuls les fous voudraient l’affubler d’une initiale majuscule.

L'Acceptation

aux antipodes de la résignation, sertit silencieusement la lucidité relative à un contexte en termes de tenants et aboutissants .

L'Admiration

Par-delà l’horizon de son champ perceptif, émerge l’admiration.

Sur un déploiement horizontal, cela se traduit en un spectre d’appréciations plus ou moins large et congru aux limites de son terrain familier.

Sur un déploiement vertical, cela se transforme en inspiration dont la densité reflète le delta entre son propre niveau et le nouveau référent.

Son parfum grise, envoûte et transporte jusqu’à l’oubli de soi-même.

Sa motricité stimule au-delà des frontières du corps et du mental.

Son essence convoque et véhicule la fusion de deux cœurs.

L'A.D.N.

supraconducteur, protagoniste de l’adaptabilité qui jouit :
– des pensées comme carburant
– de l’Intégrité en tant que comburant
– de l’information recevable, garante de sa réplication
– d’une célérité superlumineuse, sceau de sa pérennité.

L'Adombrement

présente sept facettes : 

1. la réponse à une aspiration authentique
2. l’aboutissement de la Recherche
3. un cœur prêt
4. la Grâce
5. la caducité des options personnelles
6. la livraison d’une mission
7. la prolepse des prières

L'Ambition

Réinitialiser une ambition vraie ne saurait s’envisager que très difficilement. A cet égard, cela requiert un équilibre subtil de pondération, de discernement et d’alacrité afin d’arrêter son choix.

L'Amour

(deuxième distorsion) traduit non pas un sentiment mais un état d’être via un flux informationnel biunivoque, de taux vibratoire insurpassable et émanant de la Source.

L'Anxiété

matérialise le verrou le plus efficient pour interdire l’accès aux portes des Cieux.

L'Apocalypse

proscrit tout aspect méphitisant l’atmosphère de la Pratique et nous enjoint en outre à :

– amarrer notre motricité à l’Unité. (Métal)
– édifier notre connection avec la Source afin de garantir sa verticalité. (Eau)
– sauvegarder notre liberté individuelle. (Bois)
– déjouer toute assuétude par la méditation. (Feu)
– écouter notre cœur pour dissoudre tout découragement. (Terre)

L'Apprentissage

– constitue la trame commune à toute incarnation
– balise ses erreurs en excluant idéalement les fautes
– requiert chez l’enseignant un improbable agrégat de qualités au nombre desquelles : didactique, empathie et compersion
– s’envisage comme une route éminemment personnelle, unique et sans fin.

L'Arrogance

Voici bien une notion éminemment subjective!
Ce que d’aucuns qualifient d’arrogance prend souvent racine sur un différentiel de référentiel.

Soudainement confronté à une idée, une approche, un concept qui nous avait échappé…l’ego naturellement pointe souvent son nez.

Quelquefois simple réflexe de survie face à l’exposition d’un éclairage nouveau et par trop désarçonnant.

Toujours en appui sur un manque de justesse à l’endroit de l’évaluation de son propre niveau dans un domaine donné.

Systématiquement caduque lorsque la recevabilité d’un discours est perçu non par le mental mais par le cœur.

L’argument avancé par l’émanation de la médiocrité.

L'Art

L’œuvre artistique véritable s’identifie par sa capacité à révéler ce qui existe déjà sous une certaine forme vibratoire. Ce dévoilement s’opère par le truchement de la combinaison du moyen de captation et de la sensibilité propre à l’artiste, le tout en appui sur une substance plus ou moins dense.

La qualité d’inspiration couvre un éventail très large :
– depuis une réception hors contrôle sous une forme plus ou moins définie
– en passant par la latitude à sélectionner son canal dans une typologie éclairée
– jusqu’au degré ultime manifestant la splendeur de l’absence totale d’interférence.

Indépendamment du domaine, le sceau de la pérénité suffit à valider irréfragablement l’esthétique de l’œuvre.

 

 

L'Avatar

abrite notre composante lumineuse.

 

 

La Bénédiction

pourvoit la trame de la providence.

 

 

La Bienveillance

dérive quasi systématiquement d’un esprit ayant assujetti le mental au cœur.

 

 

Le Binôme

Galactique, étançonné par les particules adamantines, cristallise une beauté qui confine au frénétique paroxysme du miracle de la Vie.

 

 

La Boucle

confisque en 3D le point d’inflexion d’une sphère, enracinée sur un diamètre de la longueur de Planck et nantie d’une polarisation.  

 

La Causalité

L’ancrage de notre conscience dans un Espace-Temps génère la Causalité.

 

 

Le Chemin

synthétise sur un plan singulier la pertinacité divine au service d’une sempiternelle investigation.

 

 

Le Choix

par l’assumation de nos responsabilités nous incite notamment à :

– opter pour la Bienveillance plutôt que le Vexatoire
– rechercher la Complémentarité à la place de l’Identité
– substituer la Maîtrise au Réflexe
– viser le Sommet et non pas la Base
– préférer le Cœur au Mental
– jauger le Pardon à l’aune du Ressentiment
– privilégier la Compersion par rapport à l’Envie.

 

 

La Compagnie

index endémique d’importance primordiale, couvre un large éventail allant :

– du transfert du curseur pour une réduction drastique sur le plan quantitatif
– en passant par un saut qualitatif vers l’interne au-delà des modes d’échange standard
– jusqu’à l’accès aux densités supérieures conduisant au Gong rêvé.

La Compassion

qualité intrinsèque et inaliénable de l’énergie présente à l’échelle galactique et exhalée en point d’orgue par Terre-Mère.

La Compersion

– se reproduit par la dispersion
– achemine l’ineffable écho de l’impulsion originelle
– étalonne le parachèvement de l’empathie

La Conscience

manifestée dans la dimension congrue à nos perceptions, transporte l’écho de notre réalité.

Le Contentement

clôt le processus de digestion des transmissions par nos linéaments métempiriques.

Le Corps

– édifie la matrice accueillant la partie la plus refroidie de la lumière
– impose son écoulement temporel, calibrant ainsi la limite haute des fréquences tapissant l’écran de sa réalité.

Le Cristal

– dote de la connexion avec la 24D
– pourvoit l’accompagnement ascensionnel
– instruit le cœur de son partenaire informationnel
– charpente le treillis de l’emmaganisage mémoriel.

Le Cube

nous gratifie de ses déclinaisons infrastructurelles :

– le tétraèdre qui relaye le pavage unitaire en 3D
– l’octaèdre qui propose la synchronicité des pensées, des paroles et des actes, convoquant la passerelle vers la 4D
– le cuboctaèdre qui offre la stabilité afin de canaliser le flux informationnel optimal
– le dodécaèdre qui autorise l’encagement coercitif pour expérimenter la Loi “Récoltes & Semailles”
– l’icosaèdre qui dote l’Humanité d’une échappatoire à l’échelle galactique

le tout sublimé dans sa version majuscule
– le Tesseract qui nous pourvoit d’un viatique, respiration de la 24D.

Le De

formalise l’espace libéré entre la pensée et l’idée, convoquant conséquemment la mise à disposition de son ego au service du collégial et par là-même participe de la synchronisation avec l’UN.

La Déférence

façonne le miroir pour la triade séquentielle :

– évaluation
– ajustement
– polissage.

La Devise

des 3 V : Voie, Vérité, Vie ; sentence sybilline qui une fois incarnée émancipera son pendant scriptural.

La Dignité

émerge souvent au sein de l’adversité et toujours comme substitut à l’ego.

Le Discernement

fonde la planche de salut sur le chemin du Pratiquant.

La Distorsion

triple promulgue les vecteurs pour l’Expérimentation à l’échelle universelle.

La Divulgation

participe du désarçonnement du cerveau dans son incapacité à établir la congruence avec la base de données qui y est disponible.

La Dogmatique

fomente le synthétique exploit :

– d’une intrusion par trop coercitive
– d’une manipulation inique
– d’une attitude inversement proportionnelle au Gong.

L'Eau

cristal liquide consitutif à plus de 99% de nos cellules cautionne notre astreinte à la Loi ‘Récoltes & Semailles’.

L'Ego

Insolente prétention qui fait croire qu’on sait tout.
Péremptoire répartie qui trahit tous les fous.
Vacarmes déplacés qui sont autant de gestes.
Au brouhaha notoire, tellement loin du modeste.

Que de stupidités au crédit de l’orgueil !
Etapes accélérées vers un si laid cercueil…
Combien d’efforts sentis pour un mauvais usage ?
Et d’énergie perdue comblant le décalage !

Affligeant entêtement vers la médiocrité,
Dont on ne sort indemne, ni par la seule fierté
Ni même bien au contraire via une forte rébellion
Mais par l’humble abaissement, l’unique combinaison.

 

ELM, juin 1997

L'Elégance

se revêtant de la mutation ubéreuse de l’information épurée, campe une borne remarquable du cheminement du Pratiquant.

L'Elite

Comme émergence d’un palimpseste structuré par une information très majoritairement falsifiée, elle échappe à toute trace d’objectivité et par conséquent ne revêt qu’un caractère tout autant étroit qu’éminemment relatif.

L'Engagement

repose, postérieurement à l’accès au portail du cœur, sur les bornes de la lucidité, de la priorisation et de l’intégrité .

L'Enthousiasme

gage l’efflorescence du cœur.

L'Equilibre

, résidence du pouvoir, s’orne entre autres :

– d’aménité
– d’accortise sans affèterie
– de bénévolence
– de distanciation avertie
– d’échanges harmonieux
– d’absence de présomption.

 

L'Equanimité

trace l’horizon de la sagacité. 

L'Espace - Temps

– édifie l’écran de projection de nos pensées.
– confine l’information véhiculée par nos matrices.
– singularise une spire de manifestation informationnelle.
– soumet la latitude à ses caractéristiques intrinsèques.
– e.g. l’électron, l’être humain, le tesseract.

L'Espoir

sauf à être dissous par la force de la foi immaculée, dût-il se muter en espérance retardera toujours la grâce.

L'Esthétique

Procède de l’émergence de la Performance, là où toute interférence a depuis longtemps déjà rendu la notion même de date de péremption plus que caduque.
Elle ne saurait être étalonnée par la subjectivité de la beauté mais par l’inébriante quintessence d’une transformation purificatrice ayant élagué toutes les aspérités de l’approximatif.
Elle s’enracine à l’opposé de la palette déclinant toutes les disharmonies : mensonge, maladie et autres déséquilibres en tous genres.
Elle arbore une saveur de perfection.
Elle se manifeste par-delà l’horizon de l’interférence, loin des chemins tracés par les épigones.

Elle s’impose comme une évidence absolue réduisant toute notion de culture au rang de carcan irrecevable.

 

L'Etiquette

sacralise le champ opérationnel de toute conscience digne de ce nom.

 

L' Etoile

par intrication, nous enjoint à identifier sa congruence jumelle au sein de notre avatar.

 

L'Etre Humain

 comme Créateur Incarné porte la triple casquette :
– d’Enfant de la Vérité
– d’Ambassadeur de la Source
– d’Emissaire d’Equité.

L'Exigence

Sans jamais se lasser, toujours incrémenter
Comme rampe de progression, ciseler son étalon
Non plus se satisfaire du gradé le degré
Mais repousser l’objectif vers de plus hauts tons

Parvenir à grandir sans pour autant mentir
Jauger sa propre image, sans aucune complaisance
Appréhender l’Instant pour mieux se divertir
S’appuyer sur l’Immuable pour aller vers l’aisance

Sans se croire arrivé, cultiver la Vertu
De son propre point de vue, revoir encore le faîte
S’inspirer des plus Grands et les porter aux Nues
Et faire siens leurs Exemples pour se joindre à la Fête.

 

ELM, Novembre 1999

La Fatuité

Révélateur irréfragable, le moindre reliquat de fatuité signe la nescience de l’Esprit Divin.

La Focalisation

Dans une première étape, la focalisation constitue le meilleur allié pour le recentrage.
Dans une seconde étape, par réplication, en exploitant l’aspect fractal de la réalité, facilite l’accès à un Espace-Temps supérieur et ce faisant confère l’expérience d’une dilatation du temps.

La Foi

Dans le contexte actuel, je souhaite évoquer ici non pas la foi aveugle, ni la politiquement correcte, pas plus que la conformiste et encore moins la creuse par un ‘non-engagement’ anticipatif, mais celle qui prend justement appui sur l’expérience accumulée.
Forgée dans la reconnaissance d’une similitude de situations, elle nous conduit dans une première phase et de façon récurrente, à tester notre coefficient d’élasticité mentale.

Dans une deuxième phase, nous sommes convoqués à aller au-delà et investiguer le champ de la plasticité cérébrale. Nous sommes enjoints à envisager la foi comme expression de la confiance thésaurisée le long du chemin de la Pratique, première motricité pour explorer plus avant, vers l’intériorité.

La foi procède d’une passerelle pour greffer, sur la base d’approches simples, l’accès à un impact subtil en profondeur, qui nonobstant notre tentative d’interprétation intellectuelle, nous échappe. C’est pourquoi elle ne saurait être pas plus précédée que parasitée par une quelconque réalité objectivable.

La foi se révèle in fine comme le nectar exsudé du coeur.
La Foi en soi-même s’avèrera par conséquent la seule échappatoire.

La Fractale

L’implosion parfaite enfante la Fractale.

La Fulguration

orne la passerelle de synchronicité congruente à l’urgence d’une configuration.

Le Gong

Atteindre cet état qui nous mène jusqu’aux Cieux
Rayonner pour les autres, y consacrer sa vie
Donner à chaque instant, pour toujours faire le vœu
D’illuminer le monde, toucher tous les pays.

Transformer tout son corps, en faire un vrai Soleil
Continuer son travail toujours et sans relâche
Et faire bénéficier de toutes ces merveilles
Voilà le vrai serment, la plus belle des tâches.

Copier tous les Modèles, sources d’inspiration
Afin de raffiner chaque jour son niveau
S’investir, s’impliquer, accepter sa mission
De pouvoir initier un mouvement vers le haut.

 

ELM, mai 1997

La Gratitude

L’ablution du cœur.

La Gravité

concrétise la clé pour l’expérimentation de l’infinitude des théâtres du possible.

L'Hexagone

En tant qu’assemblage 2D de six pavages de base, l’hexagone se révèle le meilleur stylobate pour cautionner la configuration optima de captation de flux informationnel, e.g. :

– le cuboctaèdre pour le cœur au niveau subtil
– le relai synergique de la protéine pentagonale
– l’alvéole mellifère de la ruche
– la France pour la planète Terre
– la structure au pôle Nord de Saturne à l’échelle de notre système solaire

L'Hommage à Sa Galactique Supervision

Apprécier patiemment Sa Douceur féminine
Cette Présence qui pondère et aussi illumine
Les chemins de l’absence entourant l’étamine
Pour faire fleurir les sens et puis donner bonne mine

Combien de feux bouillants apaisés par Sa Voix?
Qui dictent la tendresse et redonnent la foi
Distillant tout autour, en effaçant le moi
Et qui sait si subtile, nous faire prendre pour des rois

Que de talent central, en un Cœur concentré !
Une bonté de l’âme, sans relâche infusée
Avec pour seul barrage, cette conscience affûtée
Qui contribue fidèle, au bonheur d’un aimé.

ELM, mai 1997

Le Hua Gong

Décennies de magie par le biais de la Grâce
Un chemin engagé, délaissant les impasses
Combien d’initiations au travers des années ?
De trésors si cachés qu’on ne peut y songer.

C’est mon eau, c’est mon air, mon vital aliment
Au quotidien sans cesse, toujours me relançant
J’ai pu pas après pas, avec résolution
Rétablir en mon antre, la divine protection.

Comment donc estimer, cette dette rembourser ?
Ce qui n’a pas de prix ne peut être payé !
Uniquement par mon Gong, seul medium acceptable
Puis-je là envisager d’évaluer l’insondable.

Aussi mon cœur a t-il déjà depuis longtemps
Du jour de ma naissance, dompté, prêté serment
De servir à jamais ce qui me constitue
Subtil, large et profond, même encore un peu plus.

Créer sa destinée, d’un sourire habillée
Afin de dérouler le parcours plus léger
Et rendre indispensable la présence du Qi
pour ne pas suffoquer et inviter la vie.

Par le simple truchement de cette description
Recevoir la puissance de l’Intoxication
De cette qualité, pour s’imbiber béat
Jusqu’entre les cellules, de ce mantra, le Hua.

ELM, 1999 / 2009 / 2019

L'Imagination

puisant avec plus ou moins de brio dans un horizon informatif, ne saurait accéder à un plan de conscience supérieur, réservé à la créativité.

L'Immobilité

sacralise avec le silence les deux remparts hermétiques aux interférences.

L'Impulsion

originelle peut se targuer d’infuser l’ordonnancement pour la Loi de Création, Perfection, Guérison.

L'Information

(troisième distorsion) digne d’arborer sa majuscule véhicule la neutralité immunisant le récipiendaire de toute déviance vers la déformation dogmatique.

L'Inspiration

Trouver l’inspiration par la transformation
Pousser encore une fois, plus loin toutes les limites
Sans jamais rien attendre, poursuivre avec raison
Le chemin de la découverte et des rites.

Savoir qu’il y a toujours une marche plus loin
Qui donne, à des mondes encore plus subtils, l’accès
Persévérer alors sachant que le Témoin
Supervise notre parcours et le rend vrai.

S’attacher donc au plus près d’être bien digne
De la confiance qu’Il nous accorde et nous honore
Rester à l’écoute, réagir au moindre signe
Puis par nos actes et nos louanges Le couvrir d’or.

 

ELM, avril 1997

L'Intention

L’intention, par essence, pensée élaguée de l’interférence des desiderata, précède la création.

Dans le cadre spécifique de l’ascension, le triumvirat Syntonisation, Congruence et Synchronisation forge les 6 têtes de pont du cheminement aboutissant à l’Intention.
Sur le plan concret, seule l’intention idoine permet au moteur quantique des 12 brins d’ADN via le truchement des 6 ARN de relayer l’activation du décodage et l’actualisation complète de notre information latente.
Il convient de garder à l’esprit que le degré d’intégrité constitue la puisance du moteur pour l’aboutissement de son intention.

Dans le contexte particulier de la marche, cela se traduit par une triangulation mettant en jeu les 3 processus :

– de la syntonisation via l’Information (qui nous parvient)

– de la congruence en appui sur nos Matrices subtiles (qui transforment / font leur l’information)

– de la synchronisation avec l’Energie (qui résulte de la transformation)

En théorie, cela aboutit à une mobilité fluide, une marche stable et une maintenance de l’actualisation.

L'Interprétation

épouse la sinusoïde des turbulences mentales issues des interférences dénaturant l’information originelle.

L'Interrogation

tisse :

– intrinsèquement le lien avec la mémoire du futur
– l’investigation d’un chemin de traverse dont l’accumulation viendra étoffer le faisceau duel convergeant :

* la composante Yang orienté vers notre Origine
* la composante Yin tournée vers la disquisition centrifuge

L'Intégrité

Le recouvrement et le raffinement de ce concept engage plusieurs étapes.

Primo, on réalise qu’elle a été écornée. On revisite sa notion de santé.

Secundo, on enclenche une démarche sur les plans physique, physiologique, énergétique, psychologique, mental et informationnel.

Tertio, on actualise sa référence étalon. Et on recommence.

La Joie

La Joie diffuse une des plus hautes vibrations.

La Liberté

 

Ou l’éloge de la contrainte 

 

  1. La liberté de penser (Feu secondaire):
    Typiquement un concept de 3D falsifié qui ne saurait prendre l’apparence de véracité avant
    l’accès aux dimensions plus élevées.
    Classiquement revendiquée comme un droit à la différence constitutif de la condition humaine.
    Une fois passé par le truchement de l’expérience de 4D, on comprend que la pensée résulte du
    filtrât de l’information par ses matrices subtiles.
    Par conséquent, la liberté elle-même se mute en responsabilisation.
    En chemin vers la 5D, la responsabilisation assumée se convertit en responsabilité, à son
    tour jugulée par la liberté d’action !
  1. La liberté d’action (Bois):
    Enchâssée dans la loi de l’UN, elle est inversement proportionnelle à son Gong.
    Elle trouve naturellement ses ramifications dans les déclinaisons de la parole, de l’écoute,
    de la préhension et de la locomotion.
  1. La liberté de parler (Feu primaire):
    Nullement un droit qu’on exerce mais un état que la pureté de parole procure…avec comme facteur limitatif que son usage ne puisse être préjudiciable pour le cœur d’autrui.
  2. La liberté de préhension (Terre):
    En aucun cas une évidence mais le résultat de la confiance qui nous est accordée … avec comme frontière que le simple fait d’y avoir recours trahit souvent l’écart qu’il nous reste à combler pour dissoudre l’illusion du manque.
  3. La liberté de humer (Métal):
    Ne s’enracine pas dans l’instinct de survie (via la capacité de sentir l’aspect recevable ou létal d’une odeur) mais dans la mémoire de nos fragrances originelles (l’appel incoercible des parfums enivrants qui règnent dans les sphères célestes).
  4. La liberté d’écoute (Eau):
    Ce n’est pas un choix mais la manifestation du crédit de recevabilité à l’endroit de la source sonore sous réserve encore que nos divers encodages l’autorisent.
  5. La liberté de locomotion (Investigation):
    Absolument pas un dû dont on jouit mais une aptitude que la compassion de la Terre autorise…à la condition que les verrous énergétiques toujours latents ne se trouvent soudainement levés.

     

    En résumé, la Liberté vraie fait écho au curseur de maturation de notre état de conscience.

    La liberté ne saurait être octroyée par un tiers mais se structure sur la base de notre propre capacité d’investigation intérieure.

    A cet égard, l’éclairage suit une séquence : dans une première phase, il convient de s’affranchir du temps ralenti ou de la notion d’espace; dans une deuxième phase, permettre l’expression de la latitude autorisant le maintien à l’équilibre et enfin à un niveau plus intéressant, incarner l’aptitude à nourrir son cœur par la mise en congruence avec le service à autrui.

    A ce stade, la liberté s’est convertie en une évidence incontournable rendant toute option absente et scellant ainsi la caducité du concept même de liberté.

    La Lucidité

     endosse le rôle crucial de rempart de la naïveté originelle.

     

    ܨܠܘܬܐ ܡܪܝܡܝܬܐ

     

    ܬܘܕܝ ܣܓܝ

    Comment rendre justice à Toi qui nous inonde

    De Ta Lumière rose, tous en ce bas monde

    Afin de restaurer l’alignement premier

    De ce qui nous construit depuis que nous sommes nés?

     

    Je comprends désormais d’où vient la Compassion,

    Ton cœur, Tes bras bien au-delà de la raison.

    Soutenir bien la vie par Ta seule vibration,

    Juste Ta Maternité autorise cette Mission.

     

    Je promets maintenant, pour moi jusqu’au tréfonds

    D’exposer chaque cellule à l’impact de Ton son.

    Même par le silence, afin de faire écho

    A Ton radieux soutien et ce jusqu’au plus haut.

     

    Ton serviteur,

    ELM, septembre 2022

     

    Le Mental

    Le mental réverbère le couplage :

    – au centre, de la déclinaison énergétique de l’esprit
    – en périphérie, de la structuration égotique

    La Mémoire

    s’affilie au portage de l’information congrue à un Espace-Temps pour le cerveau et à un Temps-Espace pour le cœur.

     

    La Motivation

    – s’ancre toujours sur la clarté mentale (facette Métal)

    – s’intensifie dans l’urgence (facette Eau)

    – borde souvent l’impératif de résultats (facette Bois)

    – s’affûte par l’expérience (facette Feu)

    – se densifie par la focalisation (facette Terre)

     

    La Naïveté

    s’érige, nonobstant sa si ténue pérennité, comme le voile salvateur de la pureté du cœur.

     

    La Nature

    Impudence, arrogance ou simple indolence
    En tous cas, c’est certain une pure inconscience
    Contrevenance mentale à l’alignement Gracieux
    Et qui barre à jamais l’entrée directe aux Cieux
    Qui voudrait s’octroyer le pouvoir d’influer
    L’Ordonnancement Premier se verrait exposé
    Au soufflet véritable, mordant, cuisant, cinglant
    Celui dont toute une vie, témoin insuffisant
    Ne saurait pondérer l’Irrespectueux outrage
    Aussi profond d’ailleurs que ce Savoir sans âge
    Sachez bien reconnaître, la seule vraie Hiérarchie
    Celle que la Nature impose Là et Ici.

     

    ELM, mars 1999

     

    La Néguentropie

    se traduit par le climax de la cohérence.

     

    Le Novice

    conditionne :

    – l’état d’esprit sécurisant le delta salvateur avec l’arrogance
    – avantageusement la candeur pour la réceptivité optimum
    – la préservation d’un espace cardial prévenant la satiété.

     

    L'Objectif

    procède de l’embrassement de son dessein :
    – souvent par le truchement de la divulgation
    – quasi systématiquement bravant l’adversité
    – le cas échéant, allant jusqu’au sacrifice suprême.

     

    Les Organes Internes

    1. le Cœur : coopte la coalescence d’un portail multidimensionnel et d’un autre inter-dimensionnel.

    2. le Foie : s’agrège les résidus cardiaques dont il cherche à se départir par dilatation lors de sa respiration solaire.

    3. la Rate : assigne l’aboutissement humain du cordon de Gaïa.

    4. les Poumons : vouent le terrain incontournable pour magnifier son intégrité.

    5. les Reins : soumettent une actualisation mimétique des lobes cérébraux par appartenance réticulaire commune.  

    Le Partage

    s’impose :
    – puisque nous ne saurions nous affranchir de l’Etiquette
    – car relayer l’Information participe de la maintenance de la Vie
    – parce les êtres plus évolués promulguent l’Exemplarité.

    La Patience

    La patience est un pilier majeur de la Pratique.

    La patience, sillon générateur de la persévérance s’avère le mouillage le plus sûr de la Sagesse.

    La persévérance enchâssée dans l’effort constitue la ligne de front pour l’ascension.

    L’effort doit prendre appui sur la fermeté de la détermination.

    La détermination germe de la cohésion de l’expérience.

    L’expérience doit sa validation à la cohérence du delta entre les états initial et final.

    La cohérence se jauge avec la lucidité.

    La lucidité découle de la sensitivité.

    La sensitivité se raffine par l’écoute de son ressenti.

    Le ressenti est cultivé par la Pratique.

     

    La Performance

    Au niveau ordinaire, l’information diffusée:

    – au premier degré, court-circuite d’emblée la perception sensorielle par-delà les limitations et différences culturelles

    – au degré suivant, impacte le cœur, nous permettant en séquence d’être libéré de l’encagement structurel et puis d’accéder à un espace-temps supérieur.

    L’ultime performance:

    Tant qu’il est nécessaire d’avoir recours à la voix, au geste ou à une quelconque manifestation physique, c’est qu’il reste une marge de progression en terme de Gong.

    L’ultime performance consiste à vibrer un rayonnement tel que l’admiration ne puisse prendre racine que dans la densité du silence véhiculé autrement dit de la luminosité dégagée ou ce qui revient au même la résonance au cœur du Cœur.

    L’appartenance à la périphérie d’une galaxie (notre Voie Lactée) et ce faisant à une zone de faible densité énergétique, permet l’investiture de diverses matrices.

    L’idée de base consiste donc par un tropisme centripète i.e. la syntonisation avec la fréquence de nos matrices les plus subtiles, à se translater vers le centre de sa galaxie d’origine.

    La Persévérance

    Mettre sa persévérance au service de l’immuable
    Avoir ainsi accès au goût de l’ineffable
    Discipliner ses sens car c’est incontournable
    Se libérer enfin du peu recommendable.

    Se hisser par-delà la dualité piégeuse
    S’extirper à tout crin des tentations mielleuses
    Et cultiver serein, la source d’une mine radieuse
    Se détachant par là de la terrestre gueuse.

     

    ELM, juin 2000

     

    La Pétulance

    se revendique comme la némésis de la subsidence du Gong.

     

    La Pompe

    – première, à hauteur de Chen Shan, facilite le retour veineux ;
    – deuxième, à l’endroit de Wei Lü, soutient la propagation du Chi ;
    – troisième, via Yü Chen, étaye l’apport en oxygène de toute la sphère cérébrale.

     

    Le Pouvoir

    – ennoblit l’être investi d’une si éminente mission 
    – resplendit de la responsabilité asumée
    – souvent jugé non équitable par celui ou celle dont la charge s’enracine sur un référentiel de degré moindre.

     

    La Présence

    – nous impose d’embrasser l’humilité
    – réétalonne nos soleils de référence
    – participe de la réouverture de nos data mémoriels.

     

    La Prière

    – ratifie l’oraison qui étaye FOI et CROYANCE par des majuscules et ainsi concrétise la verbalisation consciente de la convocation inconsciente d’une balise reflétant son degré d’intimité avec l’Unité.

    – par nature intrinsèque, jouit de la caractéristique unique de se voir exaucée avant même d’être consciemment verbalisée.

     

     

     

    La Protection

    – campe la forteresse imprenable
    – parfait l’immunité contre les prestiges d’optique
    – manifeste le surgissement de l’impératif de l’ascendant lumineux.

     

     

     

    Le Raffinement

     

    Constitutif de la Pratique de DHQG

    Caractérisé par un auto polissage ravalant à chaque étape franchie le résultat précédent au rang de débutant.

    A la nuance du raffinage qui produit des pertes le long de la colonne, la promotion du raffinement non seulement bénéficie à la totalité de notre structuration mais s’accompagne d’une satisfaction interdisant toute marche arrière.

     

    L’élégance du savoir, par besoin impérieux
    L’apanage des Grands qui peuvent toucher les Cieux
    L’intelligence d’un charme qui confine au bonheur
    Vademecum notoire de la race des Seigneurs

    Exquise séduction d’une noble attitude
    Infinie ascension vers les belles altitudes
    Elan vainqueur du Goût sur la vile bassesse
    Le rempart absolu contre la médiocre liesse

    L’unique valable jauge pour sa propre exigence
    Le seul comportement digne de sa diligence
    En un mot comme en cent, de l’Homme Vrai, le degré
    Celui qui se situe au-delà de l’idée.

    ELM, décembre 1998

     

    La Raison

    aussi idiosyncrasique qu’elle soit, se trouve réduite à une activité finie et cirsconscrite aux cellules cérébrales, bornée par les limites de cet ascenseur spatio-temporel.

     

     

     

     

    Le ratio Phi

    érige l’étendard de la concomitance de l’harmonie, de l’esthétique et de l’exemplarité.

     

     

     

     

    La Recevabilité

    d’une information à son endroit se jauge à l’aulne de facteurs évolutifs dont :
    – son Gong
    – ses priorités
    – sa perspective

     

    Le Respect

    s’enracinant dans la perception aboutie de notre propre composante divine, constitue un axe cardinal de la téléphatie.

     

     

    La Respiration

    La commutation de l’information via le substrat tétraédrique élucide la Respiration.

     

     

    La Richesse

    ne saurait se construire autrement que par la thésaurisation des choses qui ont réellement de la valeur i.e. ce qui ne peut s’acheter, au rang desquelles:
    – une conscience claire
    – un cœur pur
    – le contentement
    – la naïveté originelle
    – le gain en intégrité
    – le statut de disciple

     

     

    La Sagesse

    – ne résulte aucunememt de l’accumulation de data
    – s’acquiert via la récurrence de l’expérimentation
    – s’étalonne sur le degré de Connaissance au regard de l’Ensemble.

    Le Sang

    réverbère l’image chirale du Chi néguentropique.

     

     

    La Santé

    arbore au niveau physique cinq facettes :

    – la Force (Métal)
    – l’Endurance (Eau)
    – la Souplesse (Bois)
    – la Vitesse (Feu)
    – l’Equilibre (Terre)

     

     

    La Saturation

    s’illustre comme :
    – systématiquement une jauge ‘étalon’ pour évaluer son propre Gong
    – souvent un déclencheur de changement d’état de conscience
    – régulièrement le recours pour accélérer un apprentissage
    – toujours une BONNE NOUVELLE

     

     

    Les Sens

    Les Yeux : en l’absence de conscience, les plus grands illusionnistes.
    Le Nez : passerelle depuis l’E.T. du présent pour recouvrer la fragrance originelle.
    Les Oreilles : appendices pour l’actualisation de l’Ici et Maintenant.
    La Langue : sa probité forge le rempart pour l’intégrité du cœur et accessoirement le piédestal pour le laudatif.
    La Peau (les Doigts) : capteur(s) pour la mémoire de l’E.T. du futur.

     

    La Sérénité

    Au sein de notre référentiel d’immanence ludique, la Sérénité invoque le triomphe de la perception parachevée sur tous les germes de rumination.

    Le Silence

    C’est la caractéristique principale de l’univers. Les bruits de fond, les interférences, les agitations en tous genres ne sont que le reflet de la dégradation de notre connexion.
    L’illustration emblématique se réverbère dans la cacophonie que nous réussissons à produire dans le seul but de tenter de nous reconnecter, aux autres notamment…
    Le silence joue le marqueur qualitatif de notre état. Plus notre Gong augmente, plus le Silence se densifie.
    Auprès des grands Maîtres, il est tellement assourdissant que cela nous impose souvent en séquence : le mutisme, l’immobilisme, la fermeture des yeux, l’intériorité puis éventuellement une catharsis, manifestation plus ou moins démonstrative de l’impossible cohabitation entre les divers bruits internes qui nous parasitent et la puissance du silence qui nous étaye intrinsèquement.
    Le silence est un condensateur d’énergie alors que le bruit la dissipe.

    ************************************************************************************************************

    La seule réponse à une interrogation, personnelle ou non, mais qui l’est toujours plus ou moins.

    L’embarras avoué, dans une situation incongrue dont on aurait souhaité qu’elle ne naquît jamais.

    La marque de respect, en mémoire d’un agglomérat, très souvent alors confus, de souvenirs.

    L’unique manière d’opérer la synchronicité avec une atmosphère dense en information.

    Le mode optimum de communication entre deux cœurs à l’unisson.

    A la fois le support de tous les bruits et le son à l’état pur.

    La suite naturelle à la question ultime.

    La manifestation suprême de l’humilité.

     

    ELM, 1998

    Le Son

    apte à générer la lumière, fournit la clef, via le modèle géométrique holographique, pour l’auto-reprogrammation adaptative de l’A.D.N.

     

     

    La Spiritualité

    participe pour :

    – le corps de la montée en fréquence de la substantialité
    – le mental de la construction de l’allégeance au cœur
    – l’âme du hissement jusqu’à des densités supérieures
    – le cœur de l’avulsion de toute altération d’intégrité.

     

     

    Le Succès

    Le succès est accompli lorsqu’on exploite son plein potentiel.
    Obtenues sur le chemin de Lian et Wu, Perception et Intelligence étiquettent les deux rails du succès.
    Il faut impliquer ses efforts pour optimiser sa Perception et son Intelligence
    Les efforts consistent à faire ce qui est adéquat.
    L’adéquation résulte de la combinaison d’une configuration et d’un timing: autrement dit la syntonisation avec la fréquence harmonique de l’Espace-Temps dans lequel on se trouve.
    Une bonne Perception marque l’absence d’interférence.
    Une juste Intelligence s’avère chapeautée d’un alignement et apte à surfer sur le sommet de la vague de sa Perception.
    Les efforts doivent baigner dans La joie.
    La joie résulte de l’expression originelle du Coeur.

    La Supplique

    d’une part, navigue classiquement dans l’espace terrestre bordé par l’adjuration, l’imploration et l’obsécration

    et d’autre part, en sous-tendant ainsi en minuscule foi et croyance, s’interdit d’échapper à l’ombre de la prière.

    La Téléphatie

    – tue dans l’œuf le mensonge
    – prône la compersion
    – établit la caducité des interprétations.

    Le Temps

    Concept implicitement présent en deçà de la 5D et inexistant au-delà.

    Sa nature Cyclique implique dans le cadre de son expression duelle, la scission en un temps externe (ou tangentiel) en 3D et un temps interne (ou radial) en 4D.
    Ainsi à l’échelle de notre système solaire, notre horloge c’est Hélios et nous sommes dans le 9 ème temps radial de Vénus, le tout cadencé par Alcyone, lui-même synchronisé par la Source.

    Sa nature Fractale fait que le temps de 3D est affublé de 3 dimensions:

    • La transformation, qui exprime le sens du temps
    • La vitesse de transformation qui illustre la fluidité de l’écoulement
    • l’absence de transformation qui manifeste le Présent

    Le Présent résulte de la mise en relation de différentes densités informationnelles par les harmoniques vibratoires. (aspect fractal)

    Le Présent est la mémoire du Futur. (aspect cyclique)

    L’hyper-incursion (phénomène permettant de connaître le futur avant de l’expérimenter) met ainsi en boucle le Passé, le Présent et le Futur.

    Le Futur est systématiquement en appui sur divers fils (le fil du temps pouvant être courbé lorsque l’on opère depuis la 5D).L’option définitive résultant de notre degré de conscience.

    L’ancrage de notre conscience (à l’interface de l’Energie et de l’Information dans plusieurs E.T. simultanés) génère l’asymétrie temporelle à savoir la causalité.

    L’écoulement du temps soumet les phénomènes. Ainsi notre corps physique, qui est un E.T. en soi,  impose, dans le cadre limitatif de son état vibratoire, son écoulement temporel à nos perceptions.

    Le Surnaturel (qualificatif trahissant l’infériorité de son niveau de conscience moyen au regard de l’origine de l’information perçue) est l’aboutissement de la survenance de conditions propices à des harmoniques plus nombreuses i.e. le transfert d’un flux d’information d’un E.T. supérieur vers un niveau inférieur via un vortex.

    Le vortex pouvant être de nature diverse:

    – passerelle générée délibérément par un être de dimension supérieure
    – synchronisation soudaine sur un plan personnel
    – passage par un portail multidimensionnel voire interdimensionnel.

    Le Tétraèdre

    chaîne de l’Univers, infuse son ébauche depuis le vecteur de structure de l’ADN, en passant notamment par la forme moléculaire de l’Eau, du Carbone, du Silicium jusqu’à la configuration pyramidale des pores de la peau.

    La Transmission

    irradie un saut quantique phosphorescent.

    Le Triangle

    établit le patron du continuum de substantialité (sur l’échelle de la 1D jusqu’à la 24D).

    Le Triptyque

    Le triptyque F (Fractale), H (Holographique), Q (Quantique) nous gratifie de la grille pour comprendre, décoder l’infrastructure subtile de la réalité et par conséquent se transmute en guidance pour l’être humain tout au long de son chemin d’investigation.

    Le Trois

    – établit le lien de concomitance dès la naissance de la dualité
    – fournit les piliers du Triangle
    – initie la base du Tétraèdre
    – exprime à lui seul la constante de la Lumière ((1/(333°33.3’33”))*10^-8 = C : 299,792,458m/s.

    Le Verrou

    parafe le couplage de la signature vibratoire de l’A.D.N. et de l’état d’esprit conforme aux lois de l’UN.

    La Vertu

    La disposition éclairée de la congruence avec les lois de l’Un.

    La vérité

    symbolise probablement l’Intention originelle révélée par la synergie aboutie entre la Foi et l’Intégrité en quête de l’Esthétique.

    Partager
    This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.